Jean-Baptiste de Laubier – Para One > Les jurés 2016 > Audi talents awards > Audi France

Jean-Baptiste de Laubier – Para One

Juré Musique à l’image 2016

Jean-Baptiste de Laubier – Para One

Il baigne dans la musique depuis le berceau mais s’est formé au cinéma, à la Fémis… Jean-Baptiste de Laubier, alias Para One, a deux amours complémentaires qu’il ne cesse d’entre-nourrir. Rap, techno, pop, hip hop, rock alimentent la production d’un musicien qui réinvente constamment son art. Après deux albums et une bonne dizaine d’années passées à bousculer les frontières de la musique électronique sur la lancée de la French Touch, il a composé, en 2014, la bande originale du film Bande de Filles, de Céline Sciamma, présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Travaillant à son 3e album, il termine actuellement le scénario de son premier long-métrage en tant que réalisateur, co-écrit avec la même Céline Sciamma, et dont il signera aussi la BO.

C’est l’importance du critère innovation qui l’a convaincu de prendre part au jury des Audi talents awards 2016. « Tout ce qui permet de regarder vers l’avant m’intéresse, confie-t-il. A fortiori dans une situation où j’aurai l’occasion d’être aux premières loges. En musique, on apprend assez tôt qu’on n’invente rien tout seul. Sans parler nécessairement d’aventures collectives, il me semble que l’innovation doit toujours s’appuyer sur les avancées du passé, quitte à ce qu’elle soit une réaction. Car c’est au fond s’inspirer que de rompre... »

Spécialement sensible à l’impact encore mal connu des récentes révolutions technologiques sur les matériaux, les moyens d’ingénierie et de production ou reproduction, il se dit passionné par les transformations générées dans l’approche du design et des applications industrielles potentielles, y compris dans des pays en voie de développement. Mais c’est tous azimuts qu’il guettera les projets les plus innovants : « Je serai attentif à la présence d’idées neuves, annonce-t-il. On reconnaît assez vite une idée vraiment originale, car contrairement à ce qu’on a tendance à se raconter, c’est assez rare. Or, c’est ce dont nous manquons le plus, car les idées ont une vraie puissance de transformation, y compris de notre point de vue sur les choses. J’attends donc d’être déstabilisé, surpris, enthousiasmé, et ce dans toutes les disciplines du concours. »