José-Manuel Gonçalves > Les jurés 2016 > Audi talents awards > Audi France

José-Manuel Gonçalves

Juré Art contemporain 2016

José-Manuel Gonçalves

Des hautes études en Pratiques sociales, des débuts comme formateur sportif, la responsabilité d’un premier lieu à 21 ans, la promotion de la culture française à l’Etranger à 35, la direction d’une première scène nationale (La Ferme du Buisson, à Marne La Vallée) à 38… C’est un parcours singulier qui a conduit José-Manuel Gonçalves jusqu’à la tête d’un des hauts lieux actuels de la culture contemporaine à Paris.

Directeur du Centquatre depuis 2010, réalisateur des Nuits Blanches 2014 et 2015, le co-directeur du projet artistique et culturel du Grand Paris Express a des curiosités protéiformes. Convaincu que l’innovation est le résultat d’une agrégation plutôt que d’une rupture, il dit aimer à observer particulièrement ce qui est induit par les rencontres. Fussent-elles fortuites. « L’innovation s’exprime dans tous les domaines, affirme-t-il. Nous sommes, au Centquatre, à la fois un lieu de production artistique et un lieu de production d’innovation dans le champ des industries créatives. J’observe que l’innovation se trouve le plus souvent là où il y a de la multidisciplinarité. Quand, par exemple, s’associent des musiciens à des chercheurs ou des biologistes à des plasticiens... La nouveauté ne relève pas forcément des contenus ou des éléments, mais de la manière de les associer. C’est l’intelligence des agencements qui aboutit à la création de quelque chose de différent. »

C’est parce qu’il est attentif à tout ce qui se passe que lui a plu l’idée d’être juré aux Audi talents awards. « Il y a dans ce concours une forme de sérieux et de densité particulière. J’y ai souvent pioché des artistes que je n’avais pas forcément identifiés moi-même, avoue-t-il. Ca fait partie des endroits où on repère. » Quant à savoir ce qu’il attend des projets ? La porte est aussi largement ouverte qu’elle l’est au Centquatre : « Il faut que je sois le plus surpris possible, prévient-il. Moins je comprends ce qui m’est présenté et plus ça attire mon attention ! »