INFORMATION


Les informations tarifaires des modèles affichés sur notre site sont actuellement en cours de mise à jour.

Nous vous invitons donc à télécharger les derniers tarifs en date du 27 avril 2017 sur votre espace myAudi

Mathieu Kassovitz > Les jurés 2016 > Audi talents awards > Audi France

Mathieu Kassovitz

Juré Court-métrage 2016

Mathieu Kassovitz

Il s’est révélé comme acteur en regardant « les hommes tomber » avec un Jacques Audiard tout nouveau, et s’est posé, avec « La Haine », comme le plus percutant des jeunes réalisateurs de sa génération (Prix de la mise en scène à Cannes et trois César, dont celui du Meilleur Film en 1996).

Mathieu Kassovitz ne cesse, depuis ces débuts, de promener ses talents d’un côté à l’autre de la caméra et d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Il a tourné sous la direction de Luc Besson, Costa-Gavras, Alain Chabat, Cédric Kahn, Steven Spielberg… Il a joué avec Jean-Louis Trintignant, Nicole Kidman ou Michel Serrault ; a dirigé, entre autres, Halle Berry, Penelope Cruz, Charlotte Rampling et Gérard Depardieu. Alternant entre films d’auteurs et d’action, drames intimistes, science fiction, comédies et documentaires historiques, il incarne depuis l’an dernier un agent de la DGSE dans la série « Le Bureau des Légendes », d’Eric Rochant, dont la seconde saison vient de commencer sur Canal+.

C’est un regard particulièrement aigu et protéiforme qu’il s’apprête à porter sur le vivier de jeunes talents des Audi talents awards 2016. « Lorsqu’on m’a proposé de participer au jury, confie-t-il, j’avais à l’esprit notamment le court-métrage de Coralie Fargeat, la lauréate 2013. Je me suis dit que ce serait une chance de pouvoir découvrir des personnes de cette qualité. » Quant à connaître les critères qui feront pencher sa balance, ils sont ouverts dans la forme. « J’attends surtout d’avoir à faire à des univers cohérents, dit-il. Je m’intéresse particulièrement à tout ce qui est construction. Les projets doivent tenir debout de A à Z. »

A la question de l’innovation, enfin, il associe la technologie. « Cela reposera, je pense, sur la façon d’utiliser la technologie. Soit, en faisant un film sur la technologie, soit en utilisant la technologie pour faire un film. La capacité des gens à fabriquer des images absolument somptueuses, des choses dignes de superproductions, dans des court-métrages réalisés avec trois francs six sous a tellement explosé aujourd’hui qu’il me tarde de voir ça ! »